DARWINISME,CREATINISME ET INTERVENTIONISME

Les débats sur les origines de l’Homme ne font référence, dans les grands médias, qu’au darwinisme et au créationnisme. Il est donc intéressant de se pencher sur l’ouvrage « Histoires Interdites » ; un livre composé de chapitres rédigés par divers auteurs, et qui revient sur les différents indices archéologiques qui tendent à faire la preuve de l’existence de civilisations évoluées il y a des millions d’années.

Darwinisme, créationnisme… et interventionnisme

Darwinisme

 

 

« Une thèse qui défend l’apparition d’êtres humains civilisés apparus à une époque où même les primates n’existaient pas comme possibles ancêtres serait dévastatrice pour toute la théorie de l’évolution officielle ! »

« La ville de Tianhuanaco en Bolivie, qu’Arthur Poznansky date de 15 000 ans avant J.-C, révèle des capacités techniques similaires, voire supérieures, à celles des ingénieurs modernes »

Selon le 1er modèle, qui implique l’évolution des espèces, le genre humain est le résultat d’un long cheminement évolutif qui a abouti à l’Homo Sapiens, l’Homme étant dérivé du règne animal. C’est ce scénario de l’histoire de l’humanité qui est mis en avant dans les grands médias et dans les manuels scolaires.

Selon le second scénario, Dieu a créé l’Homme et ce dernier ne dérive pas du règne animal. Ce scénario est notamment mis en avant, chez les chrétiens, par ceux qui sont qualifiés de ‘fondamentalistes’, ceux-ci étant ainsi désignés à cause de leur lecture littérale du récit de la Genèse. Il existe cependant 2 autres manières d’appréhender le mystère de nos origines. Celles-ci n’ont évidemment pas la faveur des médias, car elles sont minoritaires.
* Selon la première théorie alternative, des êtres en provenance d’autres planètes ont interféré avec l’évolution de l’Homme en agissant sur la génétique de ce qui allait devenir l’Homo Sapiens.

Il y aurait donc eu une manipulation de l’ADN qui aurait abouti à l’être humain tel que nous le connaissons depuis quelques dizaines de milliers d’années. C’est ainsi que s’expliquerait, dans cette optique, le ‘chaînon manquant’ entre le Singe et l’Homme. Cette théorie est appelée ‘interventionnisme’. Parmi les défenseurs de celle-ci, il y a, de nos jours, des auteurs comme Will Hart et Zecharia Sitchin. Ce dernier défend la thèse selon laquelle les dieux sumériens étaient en fait des visiteurs de l’Espace.

Selon la seconde théorie alternative, des civilisations évoluées ont existé à la surface de la planète, à l’époque antédiluvienne, c’est-à-dire avant le ‘Déluge’ rapporté dans la Genèse. Évidemment, une telle conception de l’histoire de l’Humanité n’est pas du tout en phase avec ce que l’on enseigne dans les manuels scolaires et dans les médias. Si elle est vraie, alors les préhistoriens (et avec eux les darwinistes) se trompent lourdement dans leur scénario de l’Histoire des hommes.

Indices d’une civilisation antédiluvienne

 

 

Qu’en est-il de la possibilité de l’existence de civilisations florissantes à l’époque de la préhistoire ?

Si la Terre est effectivement, comme l’enseigne la science, très vieille (environ 4,5 milliards d’années), des civilisations avancées ont pu être détruites par des catastrophes d’ampleur planétaire, aucune trace archéologique n’ayant subsisté de ce passé, à l’exception de traditions orales ou de légendes. Des chercheurs ‘dissidents’ se sont attelés à mettre en évidence des éléments qui attestent de la réalité de ces anciennes civilisations.

David Lewis note que Richard Thomson et Michael Cremo, les coauteurs de ‘L’Histoire Cachée de la Race Humaine’, ont rassemblé un « ensemble de preuves » attestant de l’existence de l’être humain des millions d’années avant son émergence supposée en Afrique du Sud il y a 100 000 ans. L’ouvrage a bien évidemment essuyé de nombreuses critiques : une thèse qui défend l’apparition d’êtres humains civilisés apparus à une époque où même les primates n’existaient pas comme possibles ancêtres serait dévastatrice pour toute la théorie de l’évolution officielle !

Dans un documentaire de NBC diffusé en février 1996, Thomson et Cremo avancent leur hypothèse, qui soutient que l’Homme ne descend pas du Singe, pas plus qu’il ne vient de la poussière de la terre 4000 ans avant l’époque du Christ. On y évoque notamment des traces de pas humains découvertes au Texas (juste à côté de traces de dinosaures), des outils en pierre qui dateraient de 55 millions d’années, et des témoignages d’une civilisation ‘préhistorique’ avancée…

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Nathalie
  • 1. Nathalie | 23/06/2017
Très intéressant

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.