TROUS NOIR

Selon une nouvelle étude scientifique, les trous noirs – objet céleste encore bien mystérieux pour les scientifiques – pourraient contenir un passage vers… des mondes parallèles ! Les scientifiques cherchent à vérifier cette incroyable théorie qui, si elle se révélait exacte, engendrerait de fabuleuses perspectives pour des voyages spatio-temporels vers un monde inconnu … La réalité va-t-elle bientôt rattraper la science-fiction interplanétaire ? L'espace et le cosmos ne sont qu'à quelques trous noirs de notre planète, ce qui serait enfin une explication plausibles sur la recherche de vie extraterrestre et la résolution du phénomène OVNI.

Trou

Porte ouverte sur un monde inconnu

 

 

« En utilisant un trou de ver, les sondes comme les vaisseaux spatiaux pourraient économiser des distances considérables, et réaliser un voyage de plusieurs années-lumière en quelques heures peut-être vers des mondes parrallèles ! »

Trous noirs et trous de ver …
Dans le cadre des recherche sur l'espace et le cosmos, dès 1916, Einstein avait prédit que l'univers pouvait contenir des ‘puits gravitationnels’ de densité et de courbure d'espace-temps infinis, des solutions mathématiques que l'on appellera par la suite des trous noirs, véritable porte ouverte sur un monde inconnu, au-delà de la science Humaine. Objet céleste fascinant, le trou noir est réputé pour avaler tout ce qui passe dans son champ d’attraction : étoiles, comètes, galaxies… même la lumière ne peut s’en échapper ! De nombreux chercheurs se sont alors interrogés : qu’y a-t-il à l’autre extrémité d’un trou noir ? Pour l'instant c'est l'inconnu. Plusieurs spécialistes estiment qu’il peut s’agir d’un ‘pont quantique’ reliant 2 points de l’Univers ; à l’image d’une feuille de papier pliée en 2, le trou noir servirait de passage pouvant mener à d'autres endroits de l'Univers totalement inconnu, dans d'autres régions de l'espace et du temps… Une idée digne d’un roman de science-fiction, mais qui intéresse sérieusement les agences spatiales : en utilisant un trou de ver (trou noir menant à un autre endroit de l’espace), les sondes comme les vaisseaux spatiaux pourraient économiser des distances considérables, et réaliser un voyage de plusieurs années-lumière en quelques heures ! C'est d'ailleurs la solution la plus envisagée par nos scientifiques pour expliquer le phénomène OVNI. En effet des civilisations extraterrestres pourraient, et c'est ce qui semble le plus vraisemblable, emprunter ces trous, véritable distorsion de l'espace et du cosmos, pour se déplacer non pas à des vitesses astronomiques mais pour simplement raccourcir leur temps de voyage d'un point à l'autre du cosmos. Ayant plusieurs millénaires d'avance scientifiques sur notre civilisation, cette vie extraterrestre aurait largement les connaissances nécéssaires pour contourner le simple problème de la vitesse de déplacement.Reste qu’avec les moyens de détection actuels, il est impossible de distinguer dans l’univers un trou noir d’un trou de ver : « La propriété la plus importante d'un trou noir, c'est-à-dire l'existence d'un point de non-retour, n'est pas quelque chose que nous pouvons tester à l'heure actuelle. Les trous de ver pourraient être ainsi confondus avec des trous noirs macroscopiques » résume Stephen Hsu de l'université de l'Oregon, qui a étudié la formation des trous noirs et les propriétés des trous de ver.

Téléportation et effet tunnel, phénomène inconnu

Il serait donc en théorie possible de créer des portes dimensionnelles en utilisant les trous de ver pour se déplacer d’un point à un autre dans l’espace et le cosmos. L'effet tunnel, comme il est appelé par les physiciens et scientifiques, créerait ainsi des ouvertures dans l'écume de l'espace-temps qui conduiraient à d'autres univers pour le moment encore inconnu, avec des propriétés peut-être également inconnu, des univers culs-de-sac ou vers des mondes tout aussi vastes que le nôtre. Mais si la théorie des trous de ver s’avérait exacte, resterait à résoudre un problème de taille : réussir à faire passer sans dommage des hommes et du matériel sensible dans ce ‘téléporteur spatial’ ; pour y réussir, il faudrait trouver le moyen de ‘déstructurer’ les astronautes jusqu'au niveau atomique puis les ‘recopier’ à l’identique une fois arrivés à destination. Par ailleurs, les forces titanesques qui entrent en jeu rendraient très difficile la stabilisation sécurisée de ce genre de passages temporels. Enfin, d’autres spécialistes évoquent un autre problème, connu sous le nom de ‘l’effet yo-yo’ : le trou de ver tendrait à aspirer l’objet dans l’autre sens et à le ramener vers son ouverture dans notre univers. « Le vaisseau spatial subirait un mouvement de yo-yo, à moins d'utiliser ses moteurs pour échapper à l'attraction du trou de ver et explorer l'espace de l'autre côté » extrapole Thibault Damour, physicien à l'Institut des Hautes Etudes Scientifiques de Bures-sur-Yvette.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×